LA FAUNE DU CANADA

S'il vous était possible d'observer la Terre de l'espace, vous auriez une vue parfaite de la forêt boréale, une large ceinture verte qui encercle le haut de l'hémisphère nord, couvrant la Russie, la Suède, la Finlande, l'Alaska et environ la moitié du Canada. Toutefois, il y a beaucoup plus que des arbres dans cette forêt. C'est ce que vous allez découvrir lors de votre voyage nature au Canada.

Il y a bien des choses que vous ne pouvez voir de l'espace : Des terres humides qui filtrent des millions de litres d'eau chaque jour, des couches denses de mousse, de tourbe et de sol qui stockent d'énormes quantités de carbone, élément essentiel à toutes les choses vivantes et une grande variété d'espèces sauvages.

Voici les principales espèces que vous pourrez peut-être observer lors de votre voyage au Canada :

 

LE CASTOR

observation faune castor

- est un ingénieur hors pair : il construit des digues, des huttes et des chenaux impressionnants ;

- voit aussi bien sous l'eau que sur la terre ferme ;

- est gauche et lent sur le sol, mais gracieux et habile dans l'eau ;

- a eu une plus grande influence sur l'histoire du Canada que tout autre animal.

 

LE CERF DE VIRGINIE

- est le plus commun et le plus répandu de tous les gros animaux de l'Amérique du Nord ;

- laisse parfois ses petits sans surveillance pendant des heures ;

- peut avoir de la difficulté à survivre à l'hiver, surtout lorsqu'il y a surpopulation ou que la neige est abondante ;

- pendant la saison du rut, peut périr d'une mort lente après un affrontement au cours duquel ses bois et ceux de son adversaire s'entremêlent inextricablement.

 

LE CARIBOU

observation faune caribou

- se différencie des autres cervidés, car la plupart des femelles ainsi que les mâles portent des bois ;

- peut parfois courir de nombreux kilomètres durant l'été pour échapper aux hordes d'insectes volants qui l'assaillent ;

- consomme surtout des lichens pendant l'hiver, ce qui lui permet de survivre sur les grands pâturages libres et hostiles nordiques. Il tient probablement son nom du mot Mi'kmaq « xalibu », qui signifie «celui qui creuse pour sa nourriture».

 

L'ORIGNAL

observation faune orignal

- est déjà un puissant nageur quelques jours après la naissance ;

- plonge parfois à plus de 5,5 m pour extirper des plantes au fond d'un lac ;

- a une vue très faible ;

- profite, lorsqu'il est petit, de la croissance la plus rapide de toutes les espèces de gros gibier ;

- est le plus grand des cervidés. Son poids peut atteindre jusqu'à 800 kg.

 

L'OURS NOIR

observation faune ours

- est capable de ramasser, avec ses lèvres flexibles et sa longue langue agile, de minuscules aliments comme des bleuets et des fourmis ;

- peut parfois retourner là où il a été capturé, après avoir été remis en liberté plus de 200 km plus loin ;

- peut se réveiller durant son hibernation et errer pendant de courtes périodes ;

- pèse à la naissance un peu plus de 225 g (0,225 kg) et est donc minuscule comparé à sa mère qui fait 70 kg ;

- semble lourd et maladroit, mais peut atteindre des vitesses allant jusqu'à 55 km/h.

 

LE GRIZZLY

- vit en solitaire et le territoire vital du mâle peut atteindre 1 800 km² ;

- est un animal des contrées sauvages qui ne peut survivre que dans des régions relativement peu perturbées ;

- est classé comme carnivore, mais se nourrit surtout de végétaux ;

- est très petit à la naissance : son poids est alors de 400 g environ et sa taille, de moins de 22,5 cm.

 

L'ÉCUREUIL GRIS

- peut être de trois couleurs; le gris, le roux et le noir ;

- peut perdre un bout de queue pour échapper à un prédateur ;

- peut atteindre des vitesses allant jusqu'à 25 km/h sur le sol ;

- laisse des traces qui ressemblent souvent à deux points d'exclamation (!!) dans la neige ;

- se retrouve autant en milieu urbain que rural.

 

LE CARCAJOU

observation faune carcajou

- préfère généralement les régions éloignées, à l'écart des humains et de leurs aménagements ;

- peut parcourir jusqu'à 40 km de distance au cours de ses activités de chasse quotidiennes ;

- est connu sous divers noms, notamment glouton, en raison de son appétit vorace, et skunk-bear en anglais (ours-moufette), parce qu'il marque sa nourriture et ses divers points de repère d'urine ;

- a une des fourrures les plus remarquables parmi tous les animaux à fourrure ;

- malgré sa petite taille, s'avère l'animal le plus féroce de la terre.

 

LE LOUP

observation faune loup

- obéit à une structure sociale très hiérarchisée, dont le noyau est composé d'un mâle et d'une femelle dominants ;

- a été exterminé dans de nombreuses régions de l'Amérique du Nord ;

- doit dépenser beaucoup d'énergie pour trouver sa nourriture - il chasse en vain neuf fois sur dix le gros gibier ;

- hurle pour communiquer avec d'autres meutes.

 

LE RATON LAVEUR

- ménage son énergie en hiver en demeurant inactif plutôt qu'en hibernant ;

- porte ce nom en raison de l'habitude qu'il aurait de laver sa nourriture, mais, en fait, ce comportement est probablement lié à la recherche et à la capture de proies aquatiques ;

- arbore le masque caractéristique de l'espèce environ dix jours après la naissance avant même que les yeux ne s'ouvrent ;

- est l'un des rares animaux qui semblent être capables de se réadapter à la vie sauvage après avoir été apprivoisé.

 


 

LA BALEINE BLEUE

La baleine bleue (Balaenoptera musculus), appelée aussi rorqual bleu, est un mammifère marin appartenant au sous-ordre des baleines à fanons (Mysticeti). C'est le plus gros animal connu ayant jamais existé (20 à 34 mètres et de 100 à 190 tonnes). Le plus grand spécimen jamais observé mesurait 35 mètres et pesait 200 tonnes (en gestation) ; sa langue pesait 4,3 tonnes et son cour 698,5 kg.

Long et mince, le corps de la baleine bleue peut prendre diverses teintes de gris-bleuté sur le dos et un peu plus clair en dessous. Il y a au moins trois sous-espèces distinctes : B. m. musculus dans l'Atlantique Nord et le Pacifique Nord, B. m. intermedia de l'océan Antarctique et B. m. brevicauda découverte dans l'océan Indien et dans le sud de l'océan Pacifique. B. m. indica, découverte dans l'océan Indien, pourrait être une autre sous-espèce. Comme les autres baleines, la baleine bleue se nourrit essentiellement d'un petit crustacé, le krill, mais également de petits poissons et parfois de calmars.

Les baleines bleues furent abondantes dans presque tous les océans avant le début du vingtième siècle. Pendant près de 40 ans elles furent chassées presque jusqu'à leur extinction par les baleiniers avant d'être protégées par la communauté internationale en 1966. Un rapport de 2002 estimait qu'il y avait entre 5 000 et 12 000 baleines bleues à travers le monde localisées dans au moins cinq groupes. Des études plus récentes dans la sous-espèce B. m. brevicauda suggère qu'il pouvait s'agir d'une sous-estimation. Avant la chasse industrielle à la baleine, la plus large population se trouvait dans l'Atlantique qui en dénombrait approximativement 240 000 (entre 202 000 et 311 000). Il n'en reste que très peu actuellement et l'espèce est considérée menacée.

Vous pourrez observer la baleine bleue lors de votre passage à Tadoussac, mais aussi le béluga et le rorqual à bosse.

 


Autres sujets similaires