10 activités incontournables pour observer la faune au Québec

Avec une nature aussi généreuse, ce n'est pas étonnant que l'on trouve une si grande et belle variété d'animaux au Québec. 

Découvrez 10 activités pour profiter pleinement de la faune lors de votre prochain road trip au Canada

 

1. Zoo sauvage de St-Félicien


Le Zoo sauvage de St-Félicien accueille sur son immense territoire plus de 1000 animaux de 80 espèces différentes qui vivent dans les régions boréales du globe.

Parmi les vedettes du parc zoologique, on trouve notamment : le carcajou, le caribou, le castor, le couguar, le loup gris, le lynx, l’ours blanc, le grizzli, l’ours noir et le wapiti.

Sur place, plusieurs activités de découverte s’offrent à vous : une projection cinématographique multisensorielle, le nourrissage des animaux accompagné d’un gardien animalier, la visite du zoo commentée à bord d’un train, une balade sur sentiers pédestres, etc. 

Avec une devise comme « Apprendre pour connaître, connaître pour aimer, aimer pour protéger », le zoo est une grande fierté pour les gens de chez nous.

D’ailleurs, durant l’hiver 2019, deux magnifiques oursons blancs y sont nés !

Il s’agit d’un évènement exceptionnel pour cette espèce en décroissance dans son environnement naturel et classée comme vulnérable à l’échelle mondiale par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UINC). 

Situé dans la région du Lac-Saint-Jean,  ce zoo est définitivement un incontournable lors d’un voyage en famille au Québec

 

2. Parc Oméga


Situé à Montebello, entre Montréal et Ottawa, le parc animalier Oméga est un endroit de prédilection pour observer la faune canadienne de près et en quasi-liberté.

Les animaux cohabitent sur un vaste territoire, qu’il est possible de parcourir en voiture, en suivant un chemin balisé de 15 km où les paysages se succèdent, mais ne se ressemblent pas : lacs, prairies, vallons, forêts et collines. 

On y voit que très peu d’enclos, mais vous serez tout de même rassurés d’apprendre que les espèces féroces, comme les ours et les loups, évoluent dans des environnements clôturés.

Les cervidés quant à eux viendront gentiment à votre rencontre, particulièrement si vous avez des carottes à leur offrir.  

Le matin est le moment idéal pour faire la visite du parc animalier, car les animaux sortent se nourrir. 

Sur place, plusieurs hébergements rustiques et insolites sont disponibles pour accueillir les visiteurs désirant prolonger l’expérience.

Si vous souhaitez vivre cette aventure unique, songez à réserver votre nuitée plusieurs mois à l’avance. 


 

3. Safari-photo à l’ours noir


Si vous cherchez l’homme qui parle aux ours, c’est dans l’arrière-pays de Charlevoix que vous le trouverez !

Ce trappeur est un véritable passionné de la faune québécoise et plus particulièrement des 70 000 ours noirs qui vivent dans nos forêts. D’ailleurs, c’est la seule espèce d’ours que l’on trouve chez nous. 

À votre arrivée, votre guide vous conduira en haut d’un mirador, où vous pourrez observer et photographier les impressionnantes bêtes sauvages venues se nourrir. 

Moins de 20 mètres vous sépareront d’eux, ce qui vous permettra de constater que leur ingéniosité, leur agilité et leur dextérité sont extrêmement développées. 

Ces habiletés leur permettent de se débrouiller avec brio dans la nature et de manger de très petits aliments comme des bleuets et même des insectes ! 

Le safari-photo, d’une durée de 4 heures, est toutefois déconseillée aux jeunes enfants puisque le silence et la patience sont de mise. 

 

4. Safari aux baleines


Tadoussac est l’un des plus vieux villages du Canada, et c’est aussi un site de renommée internationale pour l’observation des baleines et autres cétacés. 

Les safaris accompagnés de guide-naturaliste se font entre la mi-mai et la mi-octobre et sont indéniablement l’activité vedette de la région.

Pour fuir la masse touristique, dirigez-vous vers le village des Escoumins, situé à 30 minutes de Tadoussac.

La société Croisières Escoumins propose des sorties en mer authentiques, à bord de bateaux zodiacs québécois, écologiques et sécuritaires. De plus, sachez qu’il s’agit du seul croisiériste à offrir à ses invités une politique « baleine garantie ou argent remis ».  

Et si l’eau ne vous fait pas peur, osez l’initiation au kayak de mer

Dans ce cas, dirigez-vous plutôt vers Grandes Bergeronnes, à 20 minutes de Tadoussac, où une équipe de guides vous fera découvrir les plus beaux endroits de l’estuaire du Saint-Laurent.

On ne vous garantit pas qu’une baleine sautera sous vos yeux, mais on vous promet des moments magiques à quelques centaines de mètres des rives… Et probablement une myriade d’oiseaux marins. 


 

5. Refuge Pageau 


Situé au cœur des paysages sauvages de l’Abitibi, hors des sentiers battus, ce sanctuaire pour animaux vous ouvre ses portes pour vous faire découvrir la faune régionale.

La mission de ce sanctuaire pour animaux blessés est d’assurer leur réhabilitation complète dans l’optique de les remettre en liberté.

Si la libération n’est malheureusement pas possible, le refuge offre à ses pensionnaires un abri à long terme, ainsi que des soins de qualité. 

Parmi les animaux emblématiques du Québec que vous pourrez observer, on trouve : l’orignal, l’ours noir, le loup gris, le lynx du Canada, le cerf de Virginie et le castor. Au total, une vingtaine d’espèces vous feront vivre des moments magiques.

Vous serez assurément touchés par le dévouement du personnel sur place. Ces gens, qui consacrent leur vie au refuge, sauvent en moyenne 150 vies animales par année. 

 

6. Kayak de mer avec les phoques


Cette excursion en kayak de mer vous permettra d’observer la faune abondante qu’abrite le parc national de Forillon, un joyau gaspésien. 

Au départ de la plage de Cap-aux-Os et suite aux consignes du guide biologiste qui vous accompagnera, vous longerez la côte jusqu’à une zone isolée et peuplée par une colonie de phocidés : les phoques gris et les phoques communs.

Ces animaux marins sont extrêmement joueurs et viendront assurément à votre rencontre, si vous respectez leur environnent bien entendu.

Vous serez probablement surpris de constater leur comportement très espiègle.

Et c’est le cœur rempli de gratitude que vous pagaierez à un rythme modéré jusqu’à la plage, pour assister à un coucher de soleil mémorable… Si Dame Nature le veut bien. 

 

7. Observation du castor


Le castor est le plus grand rongeur en Amérique du Nord et a eu une grande influence sur l’histoire du Canada à l’époque de la traite des fourrures. 

Il devint l’emblème officiel du Canada en 1975 et aujourd’hui, on le retrouve partout : sur les pièces de monnaie, les timbres, les articles souvenirs… Et au Domaine Valga

Au crépuscule, votre guide vous accompagnera près d’un abri de castors, que l’on appelle une hutte. 

Vous en apprendrez davantage sur les comportements de ce constructeur acharné et travailleur invétéré, ainsi que sur le rôle important qu’il joue dans la nature. 

Si la chance vous sourit, vous pourrez même l’observer se déplacer rapidement et agilement dans l’eau, à la recherche d’une branche ou d’un peu de nourriture. 

 

8. Initiation à la pêche à la mouche

Pêcher dans un lieu aussi renommé que la Pourvoirie du Triton est assurément une des expériences les plus typiques à vivre au Québec. Son territoire est parsemé de 12 lacs et offre des conditions de pêche exceptionnelles et depuis plus d’un siècle, les voyageurs y accourent pour se ressourcer en nature.

C’est l’endroit idéal si vous souhaitez taquiner la truite en toute quiétude, au cœur de nos grands espaces sauvages. 

Le tarif d'initiation à la pêche à la mouche (par jour) inclut la location d’un bateau à moteur, l’essence, le service d’encadrement, l’équipement complet, le permis de pêche, l’éviscération, le fumage du poisson, les leurres, ainsi que les appâts nécessaires à une pêche fructueuse.

 

9. Rando et caribous


Contrairement à la croyance populaire en Europe, il n’est pas commun d’apercevoir des caribous dans la Belle Province.

Situé dans le parc national de la Gaspésie, le mont Jacques-Cartier est l’endroit le plus propice pour faire l’observation de ces impressionnants cervidés, qui s’y réfugient pour échapper aux prédateurs. 

En effet, le parc abrite et protège avec dévotion un troupeau en constant déclin, estimé aujourd’hui à moins de 75 bêtes. 

Pour avoir une chance de les apercevoir, vous devrez emprunter un sentier d’une longueur de 8,3 km aller-retour et vous mesurer à un dénivelé de 465 mètres. 

Une fois au sommet, à plus de 1000 mètres d’altitude, le paysage de toundra alpine vous surprendra assurément.

Pour le bien-être des animaux, il est interdit de circuler sur le sentier avant 10h00 et après 16h00. Un garde-parc veille à ce que le règlement soit respecté, et peut aussi répondre avec plaisir aux questions des randonneurs.


 

10.  Apnée avec les saumons 


Dans la région de la Matapédia, de nombreuses fosses à saumons sont facilement accessibles et permettent de pratiquer la plongée en apnée. Il s’agit de la meilleure façon de découvrir le saumon de l’Atlantique, une des grandes vedettes de nos rivières.  

Équipés d’un masque et d’un tuba, vous aurez l’occasion de nager au-dessus de ces fascinants poissons et les observer dans leur habitat naturel.

Vous apprendrez également une tonne de faits intéressants sur le cycle de leur vie et leur comportement, mais aussi sur le milieu aquatique en général. 

Aucune expérience n’est requise, mais pensez à apporter votre maillot de bain et votre curiosité.

 

Voilà !

Si vous avez des questions et/ou suggestions, n’hésitez pas à vous exprimer dans la zone commentaire ci-dessous.

Karine Beaudin

Amoureuse de nos grands espaces et conseillère en voyages pour l’équipe Authentik, c’est avec fierté que je fais découvrir les plus beaux trésors de mon pays au reste de la planète. Bienvenue chez nous !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'utilisation

2 commentaires

Jacques 13 août 2019, 06h54
Le Canada regorge en fait d’un nombre incalculable de réserves naturelles. Cela fait du bien de voir qu’un tel pays continue toujours d’abriter et de protéger plusieurs espèces d’animaux contrairement aux autres pays voisins.
Répondre
Karine Beaudin 13 août 2019, 13h58
Merci pour vos bons mots Jacques. C'est toujours un plaisir de vous lire !
Répondre