5 astuces pour conduire au Québec (partie II)

Les routes du Québec

Étant donné les bons commentaires reçus et la pertinence de vous donner toujours plus d’astuces liées à la conduite au Québec, voici la suite des trucs pour faciliter votre conduite sur nos routes québécoises!

Pour ceux qui n'auraient pas lu le premier article de cette série, rendez-vous sur 5 astuces pour conduire au Québec (partie I).

#6 : Attention aux nids-de-poule!

Les variations extrêmes de températures malmènent les routes du Québec. L’explication est fort simple : le dégel et le gel successifs des routes, ce que l’on retrouve à chaque printemps.

Avec le dégel, de l’eau s’infiltre dans les fentes d’usure de la chaussée. Le gel permet alors une expansion de ce liquide, ce qui fait craquer les routes et avec le poids des véhicules, de gros morceaux s’effritent; ainsi va l’évolution des trous (dégel/gel, re-dégel/re-gel, etc).

Et selon la rigueur de l’hiver, les nids-de-poule peuvent nous embêter pendant près de six mois.

Les nids de pouleOn appelle ces immenses trous « nids-de-poule »  car ces cratères sont souvent de la taille normale d’un réel nid de poule. Avec les années, certains outils ont été mis à disposition des automobilistes pour signaler et permettre une réparation plus rapide de ces cavités.

-  Il est possible d’appeler le 511 et sélectionner l’option plainte/commentaire (indiquez l’endroit précis où vous avez aperçu ledit nid, par exemple Autoroute métropolitaine (Montréal) près de la sortie St-Laurent).

-  Le CAA-Québec a aussi créé un outil internet, Infos nids-de-poule, pour dénoncer la mauvaise condition des rues, des routes et des autoroutes, partout au Québec. Il est également possible de voir en temps réel l’état des travaux (la date de réparation vs la date de dénonciation).

 

#7 : Pour s’y retrouver avec les autoroutes

Voici une petite leçon de la logique québécoise : en lisant ce truc #7, vous vous assurez de ne jamais vous perdre sur le grand réseau routier québécois. Bien que la majorité des autoroutes majeures possèdent des noms (Aut. Félix-Leclerc, Aut. du Souvenir, Aut. de l’Acier), il est plus fréquent de les identifier par un nombre. Par exemple, dans la région de Montréal, vous verrez des indications pour la 40, la 15, la 20, etc.

Les nombres pairs (ex : 20, 4 identifient les autoroutes qui vont d’est en ouest et vice versa. Ainsi, pour faire le trajet Montréal-Québec, vous pouvez prendre la 20 ou la 40 (de l’ouest vers l’est!). Les nombres impairs identifient les autoroutes qui vont du nord au sud et vice versa. Par exemple, l’autoroute 15 relie Montréal à Mont-Tremblant. Et l’autoroute 73 relie Québec à Valcartier (du sud au nord).

Les autoroutes à deux chiffres (2 sont les autoroutes principales et les autoroutes à trois chiffres (132) sont des routes secondaires. Par exemple, pour faire Québec-Montréal, certains touristes seront tentés de prendre la 40, alors que la 138 (appelée Le Chemin du Roy) est une route panoramique. Elle oblige un ralentissement de la cadence mais offre des paysages mémorables, vous permettant de passer à travers de nombreux villages typiques.

 

#8 : Les transports alternatifs

À vous qui visitez ce blog, vous planifiez très probablement un séjour en Amérique soit en auto ou en camping-car. Mais sachez qu’à un moment ou un autre, vous pourrez (ou peut-être devrez-vous) utiliser un transport alternatif. Voici donc un survol des offres pertinentes.

- À votre arrivée à l’aéroport de Montréal, vous pouvez, depuis quelques mois déjà, utiliser une navette directe (autobus 747 de la Société de Transport de Montréal , directement dans l’aire de transport de l’aéroport) qui vous mènera au centre-ville et ce 24/24h, 7 jours par semaine.

Astuce Authentik : Les arrêts sont annoncés par le conducteur, mais n’hésitez pas à demander qu’on appelle haut et fort votre arrêt. Identifiez votre hôtel ou regardez à quelle intersection se trouve votre hôtel et donnez cette information en entrant dans l’autobus. Le coût est de 7$ par personne, payable en monnaie (montant exact), et vous permettra de vous déplacer gratuitement en transport en commun pour une période de 24h.

- Pour vous déplacer aisément en métro, sachez que vous pouvez vous procurer une passe touristique d’une journée ou encore de 3 jours consécutifs, tout dépendant de la durée de votre séjour à Montréal.

- Plusieurs stations de vélos en libre-service sont mises à disposition au centre-ville de Montréal, de mai à octobre. Bixi est offert aux résidents et touristes depuis 2009. Ce service est comparable à Vélib’ à Paris, Vélo’v à Lyon ou encore Cyclocity,  présents dans plusieurs villes de l’Europe francophone.

- En plus de regorger de villes magnifiques à visiter à pied, le Québec vous offre une un parcours hors du commun : le Montréal souterrain. Un parcours de près de 30 km qui vous permet de découvrir un itinéraire très prisé par temps froid ou pluvieux!

 

#9 : À chaque province sa signalisation

Pour les aventuriers qui désirent parcourir le grand territoire du Canada, il est important de se familiariser à l’avance à la signalisation routière. Ainsi, je vous propose quelques adresses officielles qui vous permettront de mémoriser certains pictogrammes (et leur signification détaillée!), mais aussi de poser des questions via les sites web.

Au Québec : Transports Québec vous propose également un petit quiz pour tester vos connaissances. Réussirez-vous les cinq questions aléatoires?

En Ontario : Le Ministère des Transports de l’Ontario vous offre un contenu complètement en français, vous expliquant les particularités à tenir compte lors de vos déplacements sur le réseau routier.

En Colombie-Britannique : Possédant une très petite communauté francophone, les informations détaillées sur la signalisation routière (http://www.th.gov.bc.ca/publications/eng_publications/electrical/most_pm.pdf) sont en anglais.  Une particularité dans cette province : les piétons ont priorité en tout temps donc faites bien attention lorsque vous croisez une traverse piétonnière. Les sanctions y sont sévères!

L’Alberta offre également une explication de ses pictogrammes (également en anglais et moins détaillée que les précédentes provinces).

 

#10 : Différences entre le Québec et la France

Pour terminer cet article « pratico-pratique », voici quelques mythes à déconstruire. En connaissant ces réalités, la conduite au Québec et au Canada vous paraîtra plus naturelle.

-  Sachez que la priorité de droite n’existe pas au Québec. Ainsi, si vous arrivez à un carrefour et chaque auto s’arrête au stop, c’est le premier véhicule arrivé qui a priorité, par courtoisie. Si vous hésitez, il n’y a rien comme la communication (mimée) avec l’autre conducteur!

-   Les feux de circulation se trouvent souvent de l’autre côté du croisement des rues. Il  faut simplement regarder un peu plus loin, sans pour autant négliger de vous arrêter avant le croisement.

-  Il faut bien observer les interdictions de demi-tour sur les boulevards et les autoroutes : il en va de votre sécurité et de celle des autres automobilistes.

 

J’espère que ces compléments d’information vous permettront d’apprécier davantage votre aventure routière!  N'hésitez pas à assouvir votre curiosité avant le départ et naviguez sur notre site web, vous trouverez plusieurs informations pertinentes qui vous permettront une préparation plus qu'adéquate pour votre aventure au Canada.

Bonne route!

 

Partagez cet article

Cet article n'a pas encore été partagé. Soyez le premier!

Simon Lemay

Simon est un Québécois passionné par son coin de pays et désireux de vous le faire découvrir. À ce point qu'il a fondé Authentik Canada et Authentik USA, des spécialistes du voyage sur mesure en Amérique du Nord pour les familles et les couples.

2 commentaires

Moreau 19 mars 2016, 05h44
Bonjour, je suis à Québec depuis 3 jours et les feux verts clignotants me laissaient perplexe. Merci pour ce trucs et astuces..
Autre élément qui m'a perturbé en tant que pieton: sur une intersectio le feu passe au vert simultanément pour tous les piétons (et les voitures sont toutes arrêtées simultanément)
En France, le trafic des autos n'est jamais complètement stoppé et les piétons doivent rester vigilants pour les véhicules qui tournent
Répondre
Simon LEMAY 2 août 2010, 20h55
Super article Julie-Anne !
 
Je suis québécois et je ne savais même pas que les autoroutes paires (10, 20, 40,...) avaient un axe EST-OUEST et impaires, NORD-SUD.
 
Pas plus que je savais que les autoroutes principales avaient 2 chiffres (10, 15, 20,...) et que les routes secondaires en ont 3 (640, 155,...).
 
Je n'avais jamais remarqué. Merci pour ces précieux conseils...
Répondre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

TOP 5 des road trips au Canada