Oujé-Bougoumou

Avis des voyageurs
4 / 5 - 1 avis

Quand partir ?

  • Très favorable
  • Favorable
  • Défavorable

Quoi faire ?

  • Digne de mention
  • Vaut le détour
  • Incontournable

Oujé-Bougoumou signifie « lieu où se rassemble les gens » en langue crie. Située à 58 km à l'ouest de Chibougamau, cette communauté crie s'est installée sur les rives du lac Opémisca en 1992. Sa population était évaluée à 900 habitants au recensement de 2017.

Au cours du dernier siècle, l'histoire des Cris d'Oujé-Bougoumou est bien triste, remplie d'abus et de dépossession. Il y a environ 70 ans, les prospecteurs sont entrés sur leur territoire à la recherche d'or et de cuivre. Ils ont d'abord été aidés par le peuple cri, mais le développement minier a vite pris le monopole de l'endroit. La communauté a ainsi été obligée de déplacer son village 7 fois en près de 50 ans. De longues négociations ont eu lieu par la suite et elles se sont conclues en 1990 avec, entre autres, la construction d'un nouveau village sur une terre choisie par les aînés de la communauté.

L'économie d'Oujé-Bougoumou est aujourd'hui axée sur l'exploitation minière, le trappage, la pêche, le tourisme et la culture du bleuet. Le partage est au cœur du mode de vie de la communauté, vous y serez assurément bien accueillis !
 

La réalisation d'un rêve collectif

Afin de s'assurer que le nouveau village reflète l'héritage culturel du peuple cri, la communauté a fait appel aux services d'un architecte autochtone renommé, M. Douglas Cardinal. C'est lui qui a conçu les principales institutions publiques du village, en étroite collaboration avec la communauté. Ainsi, Oujé-Bougoumou a vu le jour en 1992. Conformément à la vision des aînés, une communauté durable, moderne et respectueuse de son environnement a été créée dans un objectif ultime de guérison et d'autosuffisance.

 

Innovations

Un programme de logement a été mis en place dans le village, afin de fournir des habitations abordables, confortables et écoénergétiques à tous les membres de la communauté, en utilisant la main-d'œuvre locale pour la construction.

Un système d'énergie alternative novateur a également été installé. La population récupère ainsi la sciure provenant des scieries de la région, en la convertissant en énergie, pour procurer de la chaleur et de l'eau chaude à tout le village.


Aanischaaukamikw / Institut Culturel Cri

Le nom Aanischaaukamikw signifie «centre du patrimoine». La mission de l’endroit est la préservation, le partage, la commémoration et la pratique de la culture crie. Cet institut est à la fois un musée, un centre d’archives, une bibliothèque, un lieu d’enseignement et un centre culturel. Il a ouvert ses portes en 2011. L'intérieur du bâtiment est à ciel ouvert et présente de nombreuses caractéristiques typiques de la culture crie. Il est possible de faire une visite guidée réelle et même virtuelle à l’aide d’un appareil portatif. Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h à 17h. Pendant la saison estivale, en juillet et août, l’institut est ouvert les mardis et jeudis de 8h30 à 12h et de 13h à 16h30, les vendredis de 8h30 à 13h et les samedis de 11h à 17h (fermé les premiers lundis du mois pour l’entretien général).

205, Opemiska Meskino, Oujé-Bougoumou / 418-745-2444
institutculturelcri.ca

Où manger ?

  • $ Économique
  • $$ Budget moyen
  • $$$ Bonne table
  • $$$$ Gastronomique

Évidemment, les restaurants sont pratiquement inexistants à Oujé-Bougoumou. Des repas sont offerts à l'Auberge Capissisit (1, Wastawshkootaw), autrement profitez de votre immersion pour manger à la maison, comme les habitants, ou faire des pique-niques dans la nature.

Où dormir ?

Carte

Climatogramme

  • Très favorable
  • Favorable
  • Défavorable

Avis des Voyageurs

Avis des voyageurs

4 / 5 selon 1 avis
0%
0 %
100%
100 %
0%
0 %
0%
0 %
0%
0 %

Joli village amérindien

Barbara Fiore mardi 23 juillet 2019

Ne manquez pas une petite halte au Musée

Guide Voyage à télécharger