LA PARLURE QUÉBÉCOISE

Même si le joual (déformation de cheval), l'argot québécois, ne s'utilise presque plus aujourd'hui, il existe encore un parler populaire typiquement québécois. 

Bien qu'il ne soit pas obligatoirement utilisé (selon que l'on se trouve en ville ou à la campagne), mieux vaut connaître le traduction de certaines expressions, au risque d'être désorienté lors de votre circuit au Québec.

À noter qu'au Québec, le tutoiement est régulièrement utilisé. Ne soyez donc pas surpris. Le "vous" ne s'emploie souvent qu'au sens pluriel...

Les Québécois défendent avec fierté la francophonie face à la prépondérance de la langue anglaise en Amérique du Nord.

Pour en savoir plus : L'Accent québécois en 5 étapes faciles

 

LES EXPRESSIONS COURANTES

* Les trois repas au Québec sont le déjeuner (matin), le dîner (midi) et le souper (soir).

* Ajout de "tu" après les questions : T'en veux-tu ? Il en veut-tu ? Ils en veulent-tu ? Tu m'écoutes-tu ? Je l'ai-tu ?

* J'en ai en masse, j'en ai un char et puis une barge (beaucoup, en grande quantité).

* T'sais ? (Réduction de : tu sais ?). Plusieurs Québécois ponctuent généreusement leurs phrases de cette petite expression, prononcée comme suit : Tsé !

* À c't'heure ou Asteure (réduction de "À cette heure". À le sens de maintenant.).

* Envoye-donc ! (Lorsque l'on veut convaicre quelqu'un de faire quelque chose.)

* Pantoute ! (Ou "pas-pantoute". Signifie "pas du tout".)

* Tiguidou ! (C'est d'accord !)

* C'est écoeurant ! C'est l'enfer ! (Peut être extrêmement négatif OU extrêmement positif)

* Faque : Cela fait que ; donc.

* Je suis tanné, c'est plate (j'en ai marre, c'est ennuyant /ennuyeux).

* Je suis mal pris (en détresse, j'ai besoin d'aide).

* Au Québec, on n'aime pas les gens qui s'énervent : Tords pas tes bas ! Capote pas ! Brise pas ta chaîne ! Garde tes shorts ! Grimpe pas dans les rideaux ! Mange pas tes bas ! Pogne pas les nerfs ! Prends ton gaz égal (du calme !).

 

PRONONCIATION (phonétique)

* Au Québec, on conserve des prononciations qui, en général, ont disparu en France. Par exemple, les mots brin et brun se prononcent de façon identique : Pour les deux, on dit bran. Ici, la prononciation demeure très distincte.

* Au Québec, on constate également une affrication des consonnes "t" et "d" devant les voyelles "u" et "i" (elles se prononcent alors ts et dz.) Par exemple, la phrase tu es parti se prononce au Québec : tsu es partsi.

Du chocolat divin devient chez nous : dzu chocolat dzivin. Cette particularité est très marquée et tout à fait généralisée (sauf pour la Gaspésie.) C'est souvent grâce à elle qu'on peut reconnaître un Québécois qui tente de se donner un accent français.

* Réduction du pronom "il" en "y" : Y peut pas venir, y'est malade, y'a pas le temps.

* Réduction de "elle" en "a" : A perdu sa montre, a pas le temps, a mal au dos ("elle a" devient un "A" allongé).

* Vive les raccourcis de la langue ! Chu (contraction de "je suis") : Chu fatigué, chu tanné, chu en retard, etc.

* Un vieux "t" ancestral persiste dans les expressions "il fait frette" (froid), "mon litte" (lit), "viens icitte" (ici), "pomme pourritte" (pourrie).

* Les mots communs qui se terminent en "oir" sont souvent prononcés "oèr" : Avoèr (avoir), à soèr (ce soir), la bouilloère (bouilloire), etc.

* Lorsque le son "a" se retrouve en fin de mot ou de phrase, il est prononcé "â" : Le Canadâ , y m'parle pâ , c'est par lâ, etc.

* Un peu à l'inverse, le son "è" en fin de mot devient souvent "a" : Je l'sava (je le savais), jama (jamais), parfa (parfait). Cette caractéristique tend toutefois à disparaître chez les plus jeunes.

 

POUR RIRE UN PEU...

Dans cette vidéo humoristique, nous pouvons entendre l'accent québécois à son meilleur (ou son pire selon les points de vue).

 

ENCORE UN PEU...

. 5 à 7 : Sortie dans les bars ou restaurants après le travail pour prendre un verre entre collègues ou amis (équivalent d'un pot).
. Achaler ceux qu'on aime : Qui aime bien châtie bien.
. Aubaine : Achat à rabais, solde.
. Banc de neige : Amas de neige.
. Barrer la porte : Fermer à clef.
. Bas : Chaussettes.
. Batterie : Pile.
. Bec : Petit baiser.
. Bibitte : Insecte.
. Bienvenue (après un merci) : Il n'y a pas de quoi.
. Blé d'Inde : Maïs en épi.
. Blonde / chum : Petite amie / petit ami.
. Bonjour (à la fin d'une conversation) : Bonne journée, au revoir.
. Boisson : Alcool fort.
. Breuvage : Boisson non alcoolisée.
. Ça coûte un bras : Ça coûte cher.
. Ce n'est pas si pire que ça : Ce n'est pas si terrible.
. Cégep : Lycée supérieur.
. Chandail : Ne désigne pas seulement un gilet en laine, mais tous les hauts de vêtements (t-shirt, pull, etc.).
. Char : Voiture.
. Chaudron : Casserole.
. Chicane : Dispute.
. Cogner des clous : Piquer du nez.
. Condo : Appartement dans une copropriété.
. Dépanneur : Épicerie de quartier où l'on trouve un peu de tout. Ouvert tous les jours, parfois même 24h/24.
. Dispendieux : Cher.
. Fête : Anniversaire.
. Fin de semaine : Week-end.
. Gang : Groupe d'amis.
. Gaz : Essence.
. Gomme : Chewing-gum.
. Jaser : Parler.
. Joke : Plaisanterie.
. Liqueur : Boisson gazeuse.
. Longue distance : Appel interurbain.
. Magasiner : Faire les magasins, faire du shopping.
. Maringouin : Moustique.
. Pâté chinois : Met québécois composé de boeuf haché, de maïs et de purée de pommes de terre.
. Poudrerie : Neige légère soufflée par le vent.
. Poutine : Met typiquement québécois composé de frites, de fromage en grains et d'une sauce.
. Prendre une marche : Aller se balader, faire une promenade.
. Quétaine : Démodé, kitsch, ringuard.
. Ski-doo : Motoneige.
. Souffleuse : Chasse-neige.
. Toune : Chanson.
. Tourtière : Pâté de viande en croûte.
. Tuque et mitaines : Bonnet et moufles.

 


Autres sujets similaires