La randonnée de l'Acropole-des-Draveurs

Ceux qui me connaissent le savent, mon amour pour l’Acropole-des-Draveurs est inconditionnel

Véritable joyau de la Belle Province, il s’agit d’un incontournable pour tous les bons marcheurs qui planifient un road trip au Québec.  

Cette randonnée nécessite toutefois une bonne forme physique et surtout, un peu de préparation.

 

Qu’est-ce que l’Acropole-des-Draveurs ?

Vue au premier sommet | Crédit photo : Karine Beaudin

Constitué de 3 sommets distincts, l’Acropole-des-Draveurs est un des sentiers les plus impressionnants de la province, mais aussi un des plus exigeants physiquement

Longueur : 10,4 kilomètres (jusqu'au 1er sommet) | 11,2 kilomètres (jusqu'au 3e sommet)
Durée : Entre 4 et 6 heures
Élévation : 1048 mètres
Dénivelé : 800 mètres
Niveau : Difficile

Les parois rocheuses du parc sont parmi les plus hautes à l’est du Canada, depuis les Rocheuses.

Le plus beau panorama est sans contredis au premier sommet, là où une vue vertigineuse sur la vallée de la rivière Malbaie et les monts aux alentours attendent les randonneurs qui oseront relever le défi.


 

Situation géographique

Le sentier est situé dans le parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, dans la magnifique région de Charlevoix

En voiture, planifiez :

de Montréal : +/- 5 heures de route
de Québec : +/- 2 heures de route
de Tadoussac : +/- 2 heures de route

Via la route 138, emprunter la rue Principale qui passe par le pittoresque village de Saint-Aimé-des-Lacs

À partir de là, il suffit de suivre les indications pour vous rendre jusqu’au parc.

 

Accès au sentier

Navette gratuite | Crédit photo : Karine Beaudin

Une fois dans le parc, laissez votre véhicule dans le stationnement réservé aux visiteurs, au centre de découverte et de services Félix-Antoine-Savard

La Sépaq offre aux randonneurs un service de navette en continu, et ce, gratuitement.

Lorsqu’elle est en service, la navette est obligatoire pour tous ceux qui souhaitent accéder au sentier.

Pour consulter l’horaire, cliquez ici.

Si vous êtes en camping dans le secteur du Pin-Blanc, le départ s’effectue directement de là. 

 

Tarifs
 

Tous les visiteurs de plus de 18 ans doivent acquitter les frais d’entrée de 8,50$

L’accès est gratuit pour les plus jeunes. 

 

Niveau de difficulté

Marches de pierres | Crédit photo : Karine Beaudin

Aménagé par la Sépaq, le sentier demeure néanmoins l’un des plus difficiles au Québec, par son importante dénivellation sur une aussi courte distance.

La surface du sentier est irrégulière et parsemée d’imposantes marches de pierres.

Bien que la montée soit difficile, la descente l’est encore plus pour certains

Si vous avez des problèmes de genoux, je vous déconseille fortement de vous aventurer sur le sentier. 

Si vous voyagez en famille, sachez que le sentier est accessible aux enfants qui ont l’habitude de marcher sur de longues distances

Utilisez votre bon jugement, tout simplement.


 

Le sentier, kilomètre par kilomètre

Fin du sentier | | Crédit photo : Karine Beaudin 

Pour cet article, j’ai dû me sacrifier et partir un week-end dans la région de Charlevoix, refaire la randonnée une énième fois.  

À titre indicatif, j’ai chronométré pour vous mon ascension. 

L’idée n’est pas de comparer votre temps avec le mien, mais plutôt de vous donner une idée du niveau de difficulté entre chaque kilomètre.

Tout le long du sentier, vous trouverez des pancartes qui indiquent la distance parcourue.

 

Kilomètre 1
 

Le premier kilomètre est demandant. Vous devrez vous adapter aux marches de pierres et trouver votre rythme. 

À quelques endroits, vous croiserez des petites cascades. Profitez-en pour vous rafraîchir le visage.

Petites cascades | Crédit photo : Karine Beaudin

À 0,7 km, une halte de repos, qui donne déjà une très belle vue, vous permettra de souffler un peu. À cet endroit précis, vous vous situerez à 300 mètres d’altitude. 

Mon chronomètre : 27 minutes

 

Kilomètre 2 
 

Le deuxième kilomètre est très exigeant. La montée est soutenue et il n’y a pas de moment de répit

Allez-y à votre rythme, vous avez toute la journée !

Mon chronomètre : 33 minutes

 

Kilomètre 3 
 

Enfin ! Un peu de répit ! 

Le pire est maintenant derrière vous. Le troisième kilomètre est plutôt facile par rapport aux 2 précédents. 

La montée est beaucoup moins abrupte. Profitez-en pour reprendre des forces.

La toilette  | Crédit photo : Karine Beaudin (quoi que le crédit photo n'est pas vraiment nécessaire...)

Vous trouverez une toilette sèche entre le kilomètre 2,5 et 3. Assurez-vous de bien fermer la porte en sortant, car les porcs-épics laissent parfois quelques surprises à l’intérieur.

Notez que cette toilette est la seule sur le parcours. 

Juste en face de la toilette, vous trouverez un belvédère d’observation et un panneau d’interprétation. 

Mon chronomètre : 17 minutes (la moitié moins que les 2 premiers kilomètres !)

 

Kilomètre 4
 

Et c’est reparti ! La montée se poursuit, sur des rochers comme au début. 

Personnellement, je trouve que cette partie est la plus difficile mentalement. Vous commencerez à avoir hâte d’arriver au fameux sommet. 

En tout cas, moi j’avais hâte.

Lorsque vous arriverez finalement à l’indicateur de distance, vous trouverez une pancarte soigneusement installée pour vous encourager un brin.

Mon chronomètre : 26 minutes

 

Kilomètre 5 
 

Quelques minutes après avoir franchi le quatrième kilomètre, vous arriverez au premier sommet.

Une fois ici, prenez le temps de savourer votre exploit et d'admirer la vue panoramique qui se trouvera devant vous. C'est à couper le souffle !

Premier sommet | Crédit photo : Karine Beaudin

Si vous décidez d’arrêter là, vous n’apercevrez probablement pas l’indicateur du cinquième kilomètre, qui se trouve à quelques minutes de marche encore. 

Mon chronomètre jusqu’au 1er sommet : 6 minutes 

Si vous avez la force de continuer jusqu’au troisième sommet, planifiez +/- 20 minutes.

Vue du deuxième sommet | Crédit photo : Karine Beaudin

Ouvrez grand les yeux, certains randonneurs ont déjà aperçu des caribous sur cette portion de sentier. 

Une fois au bout du sentier, une très belle vue sur deux lacs conclura votre ascension. 

Peu importe à quel sommet vous décidez d'arrêter, vous aurez relevé le défi ! 

 

La descente
 

Comme dirait Edward Murphy, « tout ce qui monte finit par redescendre ». 

Vous devrez revenir sur vos pas.

Allez-y à votre rythme et soyez prudents, surtout si les roches sont mouillées.

Si vous êtes un bon sportif et que les conditions météorologiques le permettent, vous pouvez jogger un peu lorsque ce n’est pas trop abrupte. Personnellement, je trouve que c’est plus facile pour les genoux.

Dans tous les cas, l’important est de respecter les limites de votre corps et surtout, de vous amuser

 

Conseils pratiques

La fois où j’ai dû me sacrifier pour écrire un article...  
  • En haute-saison, le sentier est plutôt achalandé. Arrivez tôt en matinée !
     
  • Si vous avez l’habitude de faire vos randonnées avec des bâtons de marche, apportez-les !
     
  • Munissez-vous d’un répulsif de marque Watkins pour éloigner les moustiques.
     
  • Apportez un minimum de 2 litres d’eau par personne et des collations.
     
  • Prévoyez des vêtements chauds, même si la température est agréable. Il fait généralement entre 5 et 10 degrés de moins au sommet. Vous pouvez aussi apporter un chandail de rechange, car je vous garantis que vous transpirerez. 
     
  • Portez des chaussures de marche, qui soutiennent les chevilles de préférence. Dans tous les cas, assurez-vous que la semelle est épaisse. 
     
  • Amusez-vous et encouragez vos partenaires et les randonneurs que vous croiserez.  

Road trip au Québec

Découvrez la plus beau paysage de la Belle Province au volant de votre voiture de location. 
 


 

Voilà !

Et vous, planifiez-vous faire cette randonnée lors de vos prochaines vacances au Québec ?

Si vous avez des questions et/ou suggestions, n’hésitez surtout pas à vous exprimer dans la zone commentaire ci-dessous.

Partagez cet article

Cet article a été partagé 203 fois

Karine Beaudin

Amoureuse de nos grands espaces et conseillère en voyages pour l’équipe Authentik, c’est avec fierté que je fais découvrir les plus beaux trésors de mon pays au reste de la planète. Bienvenue chez nous !

5 commentaires

Guillaume 14 octobre 2017, 12h54
Salut Karine,
Est-il possible de faire cette randonnée début novembre ? Vu qu'il n'y a plus de navette, l'accès au sentier n'est pas trop loin du parking?
Merci de ta réponse :)
Guillaume
Répondre
Mylène 31 août 2017, 15h59
Super ! Merci beaucoup pour votre réponse !! Je suis pressée d'être au Canada !
Répondre
Karine BEAUDIN 31 août 2017, 16h17
Bon voyage Mylène !
Répondre
Mylène 21 août 2017, 15h30
Bonjour, j'ai une question concernant l'accès au pied du sentier de la randonnée pédestre lorsqu'il n'y a pas de navette. Est-il autorisé de s'y rendre en voiture ?
Merci par avance pour votre réponse,
Cordialement,
Mylène
Répondre
Karine BEAUDIN 31 août 2017, 15h55
Bonjour Mylène,
Jusqu'au 9 octobre, il est possible d'accéder au sentier avec votre voiture si la navette n'est pas en service.
Après le 9 octobre, il est fortement recommandé de téléphoner à la Sépaq avant de vous présenter afin de connaître l'état du sentier. Au téléphone, un membre du personnel pourra vous assurer que le sentier est toujours ouvert. Si c'est le cas, vous pourrez évidemment y accéder en voiture.
Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas !
Bonne journée !
Répondre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

TOP 5 des road trips au Canada