free-cancellation voyage-badge type-of-trips food 6 fb 1 dollar region f-name tel wi-fi tw 1 stationnement age permit road2 logo-f climate tour city limit Promo who-we-are road-right h-western-canada arrow-right 6 available camping-car yt question full road ins road-left vert g

10 mots à utiliser avec modération au Québec pour un « Maudit Français »

On parle peut-être la même langue, mais quelques mots méritent tout de même que vous leur portiez une attention particulière lors de votre prochain voyage au Québec.

Découvrez lesquels, et pourquoi.

 

1. Gosse

Gosse veut dire testicule dans le langage populaire du Québec
Chez nous, on dit enfant.

Chez nous, on dit… : enfant

Dans le langage populaire québécois, une « gosse » signifie… un testicule. C’est le classique de la rigolade franco-québécoise ! 

« Bonjour, mon nom est Claude et j’ai deux gosses. » 

Lors d’une soirée de speed dating, cette phrase de présentation cassera rapidement, et très efficacement, la glace.

La belle Québécoise qui vous a tombé dans l’œil comprendra que vous avez deux enfants, et rira probablement beaucoup.  

En revanche, dans une entrevue pour un emploi, c’est plutôt à proscrire… Choisissez plutôt le terme « enfant ». 


 

2. Shopping

Au Québec, on utilise plutôt la traduction « magasinage »
Chez nous, on dit magasinage.

Chez nous, on dit… : magasinage 

Le nom « magasinage » et le verbe « magasiner » signifient « faire des achats dans les magasins », et sont utilisés depuis le début des années 1900 dans la langue française québécoise.

Il s’agit d’une simple traduction de l’anglicisme « shopping », utilisé fréquemment en France.

Vous pouvez donc avoir envie de magasiner, aller magasiner, ou avoir besoin d’une bonne séance de magasinage. 

 

3. Pain au chocolat

Chez nous, c'est une chocolatine et non un pain au chocolat
Chez nous, on dit chocolatine.

Chez nous, on dit… : chocolatine 

L’éternel débat !

Il y a beaucoup de théories derrière l’étymologie de chacun des termes et franchement, personne n’arrive à la même conclusion

Arrêtons la chicane outre-Atlantique, et entendons-nous simplement sur ceci : au Québec, c’est une « chocolatine ».

Et si vous êtes dans l’équipe « couque au chocolat », n’y pensez même pas.  


 

4.Week-end

Au Québec, on dit fin de semaine à la place de week-end
Chez nous, on dit fin de semaine.

Chez nous, on dit… : fin de semaine

En France, la « fin de semaine » désigne généralement la période couvrant le vendredi et le samedi, alors que le « week-end » englobe le samedi et le dimanche, n’est-ce pas ?

Chez nous, l’expression « fin de semaine » comprend le samedi et le dimanche, et exclut le vendredi.

Attention de ne pas vous pointer chez votre collègue un vendredi soir s’il vous invite à prendre un verre « en fin d’semaine ».

 

5. Brosse

Dans certains contextes, brosse peut vouloir dire « prendre une cuite »
Chez nous, on dit brosse.

Chez nous, on dit… :  brosse

Lorsqu’on se coiffe, on utilise nous aussi une brosse à cheveux, communément appelé une brosse. 

Jusque-là, tout va bien.

En revanche, si votre patron québécois vous demande « si vous avez brossé ce matin » et que vous dites oui, vous risquez de perdre votre emploi.

Tout est une question de contexte, car au Québec, « prendre une brosse » et « virer une brosse » sont des expressions qui signifient « prendre une cuite »


 

6. Tongues

Tongue veut dire « petite culotte » au Québec
Chez nous, on dit gougounes.

Chez nous, on dit… : gougounes

Les « tongues » françaises sont ce qu’on appelle dans la Belle Province des gougounes

D’ailleurs, la prononciation de ce mot est un excellent exercice linguistique si vous voulez tester votre maîtrise de l’accent québécois.

Chez nous, un tongue (tong) est une fine culotte pour femmes, semblable à un string

Donc, pour éviter les malaises à la piscine, il est recommandé de ne pas demander à votre nouvelle amie de quelle taille sont ses tongues, par exemple. 

 

7. Queue

un Français au Québec doit plutôt employer l'expression « faire la file »
Chez nous, on dit file.

Chez nous, on dit… : file

Dans un concert, au supermarché, à la banque, les Français « font la queue ». 

C’est-à-dire que les gens se placent les uns à la suite des autres pour attendre leur tour de manière ordonnée et courtoise. 

Rassurez-vous, nous le faisons aussi. 

Cependant, au Québec, on « fait la file ». En effet, le mot « queue » est souvent employé par les gens de chez nous pour désigner le… pénis

Donc, sans utiliser de grossièretés, disons qu’on ne se tape pas une queue pour entrer dans un bar, mais qu’on fait la file pour y rentrer. 


 

8. Petit ami / petite amie

Un petit ami est un chum, et une petite amie est une blonde
Chez nous, on dit chum ou blonde.

Chez nous, on dit… : chum / blonde

Vous le savez, au Québec on ne se fait pas une petite amie, on se fait une « blonde »

Même si c’est une brunette, c’est une blonde.

Et ici, les petits amis sont des « chums ».

Il faut cependant faire la nuance entre « chum », le terme masculin utilisé pour décrire un amoureux, et « chum », que l’on utilise au masculin et au féminin pour décrire un(e) bonn(e) ami(e).

Comment ? Simplement avec le contexte de la phrase. Par exemple :

  • Caroline nous présentera son nouveau chum en fin de semaine = son amoureux
     
  • Pour célébrer sa victoire, Josée passera la soirée avec sa chum Marie-France. = sa bonne amie
     
  • Martin écoute la partie de hockey avec ses chums. = ses bons amis
     

Bizarrement, les Québécoises ressentent souvent le besoin d’ajouter « de fille » après le mot chum, utilisé pour désigner une amie.

  • Je suis sortie avec mes chums de filles.  
  • Chantal, ma chum de fille, a fait une location de voiture à Québec pour aller voir sa soeur à Lévis. 
     

Vous vous habituerez, ne vous en faites pas. 

 

9. Bonnet

Au Québec, on dit « tuque » à la place de bonnet
Chez nous, on dit tuque.

Chez nous, on dit… : tuque

Nous utilisons le terme « bonnet » pour parler d’un bonnet de douche ou d’un bonnet de soutien-gorge

Si vous souhaitez vous préparer à nos hivers québécois, vous devrez plutôt magasiner une « tuque »

Pour être encore plus typique, choisissez-en une avec un pompon


 

10 : Déjeuner

Pour les Québécois, le déjeuner se prend tôt en matinée
Chez nous, on dit dîner.

Chez nous, on dit… : dîner 

Si vous invitez un Québécois à déjeuner, assurez-vous de régler votre alarme tôt en matinée.

Chez nous, on déjeune le matin, on dîne le midi et on soupe le soir (généralement beaucoup plus tôt qu’en France d’ailleurs).

Et lorsqu’on est en congé, il nous arrive de bruncher. Le brunch est un déjeuner très tard en matinée, généralement vers 11h00. 

En résumé, si vous invitez un ami à déjeuner durant la fin de semaine, il y a de fortes chances qu’il ne se présente pas un vendredi midi, mais plutôt un dimanche matin. 

 

Bonus : Du coup

Évitez l'expression « du coup », car c'est un tic de langage
Chez nous, on dit fac. 

Chez nous, on dit… : fac 

L’expression « du coup » est une locution typiquement française, qui « tape sur les nerfs » de tous ceux qui ne l’emploient pas tellement elle est surutilisée dans tous les contextes possibles et inimaginables. 

En fait, « du coup » est carrément considéré comme un tic de langage

Pour exprimer une conséquence en bon québécois, préférez l’expression familière « fac ».

Par exemple :

  • Je n’ai plus de café, fac j’irai en acheter. 
     
  • Fac, on fait quoi ce soir ?
     
  • Hey salut ! Fac comme ça tu habites officiellement à Montréal ?!
     

Attention, nous ne sommes pas au-dessus de nos affaires. Nous avons nous aussi nos tics, et un des pires est sans contredis « genre ».

Ce dernier est utilisé à toutes les sauces, au début comme à la fin d’une phrase, et plus particulièrement par les plus jeunes générations

D’ailleurs, lors de votre prochain voyage au Québec, je vous invite à porter l’oreille et à compter le nombre de « genre » dans une conversation. 

C’est presque aussi énervant que « du coup ». 

Presque. 

Circuit Au Canada en Famille
 

4.4 / 5 - 278 avis


En famille, partez en road trip à la découverte des grands espaces du Québec au volant de votre voiture de location.

Durée : 15 jours
Type de voyage : En famille
Prix : À partir de 1056 € / adulte
 


 

Voilà !

Et vous, connaissez-vous d’autres mots à utiliser avec modération au Québec ?

N’hésitez pas à vous exprimer dans la zone commentaire ci-dessous.

Partagez cet article

Cet article a été partagé 546 fois

Karine Beaudin

Amoureuse de nos grands espaces et conseillère en voyages pour l’équipe Authentik, c’est avec fierté que je fais découvrir les plus beaux trésors de mon pays au reste de la planète. Bienvenue chez nous !

8 commentaires

Jacques Rambert 7 novembre 2018, 15h43
Si en français parisien on dit pain au chocolat , en français Toulousain , comme au Quebec, on emploi le mot juste , CHOCOLATINE .
Répondre
Karine Beaudin 7 novembre 2018, 15h45
Bonne nouvelle ça, Jacques ! Vous êtes fin prêt pour votre séjour au Québec !
Répondre
Gérald 7 novembre 2018, 09h15
Salut
Du coup s 'associe aussi avec "dans le fond ".
"Du coup" c'est une réservation pour 2 personnes .
"Dans le fond" c' est ...
Répondre
Karine Beaudin 7 novembre 2018, 10h28
Bonjour Gérald,
Ça dépend de la phrase. On utilise « dans le fond » bien souvent pour confirmer, expliquer ou justifier. Par exemple :
- Dans le fond, je dois simplement tourner à droite à la prochaine intersection, n'est-ce pas ?
- Il y a un malentendu. Dans le fond , ce que j'essaie de te dire c'est que...
- C'est trop compliqué. Dans le fond, fais simplement une réservation pour deux. On s'arrangera si Louise décide de nous rejoindre au restaurant.
Voilà :)
Bonne journée !
Répondre
Maurice Robens 7 novembre 2018, 05h04
Je suis belge et je suis allé trois au Canada et je n'ai pas été perturbé par la façon de s'exprimer des québécois; les (wallons, belges d'expression française) parlent à peut de chose près de la même manière.
Répondre
Karine Beaudin 7 novembre 2018, 10h29
Bonjour Maurice,
C'est vrai qu'il y a beaucoup de ressemblance entre les Belges et les Québécois... à commencer par notre amour des frites et de la bière ;)
Trois fois chez nous, wow ! C'est une belle preuve d'amour ça !
Bonne journée !
Répondre
Francoise 7 novembre 2018, 04h11
Dans la Beauce, j'ai voulu acheter une barquette de fraises. On m'a regardé d'une drôle de façon (hey ! Une petite barque ...?), Ah, vous voulez dire un cassot !
Une amie m'a demandé de m'arrêter à l'épicerie et de lui ramener deux piments. J'avais un tout petit sac et les ai mis dedans. Une fois arrivée chez elle, elle s'est exclamée "oh, tu as oublié mes piments ?", Non, non, ils sont là. J'ai alors compris la méprise. On dit piment pour désigner un poivron au Québec. D'ailleurs le gars, à l'épicerie voulait à toutes forces me vendre un poivron, et je m'extrimais à lui dire non, elle m'a bien dit PIMENT
Répondre
Karine Beaudin 7 novembre 2018, 10h24
Bonjour Françoise,
Votre commentaire m'a bien fait rire ! C'est le fun de pouvoir échanger comme ça ! Ça « pimente » mes journées. ;)
Bonne journée !
Répondre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*J'accepte que mes données personnelles soient utilisées par Authentik
*J'ai pris connaissance de la charte des données personnelles, des conditions générales d'utilisation et des cookies

TOP 5 des road trips au Canada