Où, quand et comment observer les animaux du Québec ?

« On veut voir des animaux! » : voilà ce que l’on entend souvent, de la bouche des touristes, petits et grands, lorsqu’ils mettent le pied au Québec.

Et ils ont bien raison, car ici, nous avons de véritables stars, à poils, à écailles ou à plumes.

Alors voici quelques trucs et astuces pour optimiser vos chances d’observer la faune canadienne, du plus petit au plus gros lors de vos vacances au Québec.

Castor 

Castor dans l'eau
Castor

La vie du castor est inextricablement liée à l’abattage des arbres (216 en moyenne chaque année par castor!) pour se nourrir et se loger. Mais même s’il se trouve le plus souvent dans des régions boisées, le castor vit aussi dans des habitats non boisés, là où des arbustes bordent les cours d’eau.

Pour observer ce petit rongeur aux célèbres incisives longues et pointues, il vous suffit donc de repérer une hutte ou un barrage, comme il y en a souvent sur les lacs ou en bord de rivière. Plusieurs parcs nationaux, dont ceux de la Jacques-Cartier, d’Aiguebelle , de la Pointe-Taillon, d’Oka et de Plaisance, invitent les curieux à découvrir la vie du castor en compagnie d’un guide naturaliste, ainsi que certains hébergements (Domaine Valga, Domaine du Pic Bois, Auberge du Ravage, Hôtel Sacacomie).

Le castor alternant les périodes d’activité et de repos, pistez-le plutôt à la brunante ou à l’aube, car c’est à ces moments-là qu’il est le plus actif. En milieu de la journée, vous aurez plus de difficulté à le voir car il est en général installé dans sa hutte, été comme hiver.

Si durant votre observation, vous avez la chance de le voir (et surtout l’entendre!) frapper l’eau avec sa queue, c’est qu’il vous a repérés et qu’ils prévient tous ses congénères qu’il y a un danger : impressionnant et amusant à la fois!

 

Ours noir

Ours noir dans la forêt
Ours noir

Hivernant d’octobre à avril, l’ours noir est plus facilement observable en été, période durant laquelle il rattrape le poids perdu durant l’hiver et fait des provisions avant l’hivernation suivante. Bien qu’il fréquente divers habitats, l’ours noir préfère les forêts denses et les broussailles touffues, difficilement accessibles à l’homme.

Les activités de ce mammifère trapu et massif varient d’un endroit à l’autre, selon un certain nombre de facteurs dont, encore une fois, la présence humaine. Ainsi, dans les régions sauvages, c’est généralement de l’aube au crépuscule qu’il s’affaire le plus, tandis que dans les secteurs davantage touchés par l’activité humaine, il est plutôt nocturne, afin d’éviter les contacts avec l’être humain.

L’observation de ce carnivore, rigoureusement encadrée, est proposée dans la plupart des régions du Québec, mais la plus authentique reste à Baie Comeau, par l’entremise de Réjean Chenel et son entreprise "Au domaine de l’ours noir".

Pour ceux qui auraient peur de tomber nez à nez avec un ours durant une balade ou un séjour en camping, sachez qu’il y a peu de risques que cela se produise, mais si cela arrivait, l’ours aura plus peur que vous!


 

Caribou

Caribou sauvage
Caribou

De la même espèce que les rennes d’Eurasie, le caribou est l’une des espèces les plus difficiles à voir lors d’un voyage touristique au Québec. En effet, la population de caribous du Québec se regroupe surtout au nord de la province et près de la frontière avec le Labrador (péninsule d’Ungava, Monts Torngats, Baie-James), sans compter que ces cervidés nomades parcourent annuellement plus de 6000 kilomètres dans la toundra au fil des saisons.

La Baie-James et le Nunavik abritent près d’un million de têtes, regroupées en d’imposants troupeaux de caribous, mais ces régions ne feront sûrement pas partie de votre périple.

Par chance, et fait exceptionnel, vous aurez peut-être l’occasion d’en observer plus au sud, dans le parc national de la Gaspésie, car quelques dizaines de caribous y cohabitent avec les cerfs et les orignaux, au sommet des monts Albert et Logan, ainsi que sur différents monts des McGerrigle.

Vous pouvez également vous tenter votre chance dans le Parc des Grands Jardins, dans la région de Charlevoix : malgré l'extinction de la harde au début des années 1900, environ 80 bêtes ont été transportées en avion à partir du Grand Nord québécois et vivent actuellement dans ce parc, célèbre pour sa taïga et ses lichens, dont le caribou s’alimente.


 

Orignal

Orignal dans la nature
Orignal

La période idéale pour rencontrer un orignal va de juin à début octobre et ce, pour plusieurs raisons. Avant tout, en début d’été, les orignaux migrent vers les vallées où les saules abondent ou vers d’autres terrains où ils peuvent se nourrir à proximité de la forêt.

Car après s’être contenté de rameaux en hiver (à raison de 15 à 20 kg quotidiennement!), un orignal adulte peut peser jusqu’à 600 kg et a besoin de 25 à 30 kg par jour de matières végétales diverses (rameaux, feuilles, arbrisseaux, plantes des hautes terres et plantes aquatiques) durant la belle saison. Ayant besoin de refaire le plein de minéraux, il est également à la recherche de réserves d’eau stagnante, riche en minéraux.

D’autre part, il faut savoir que l’orignal supporte très bien le froid, mais souffre de la chaleur. Pour y remédier, et pour fuir les moustiques, il peut passer plusieurs heures par jour dans l’eau, dans laquelle il est très à l’aise.

Le mois de septembre est quant à lui très propice à l’observation de ce plus grand mammifère d’Amérique du Nord, car c’est la période du rut, durant laquelle mâles et femelles s’exposent plus.

Pour optimiser vos chances de voir un orignal durant votre séjour, n’hésitez pas à longer, à pied ou en canot, les rives d’un lac ou d’une rivière, en début de matinée ou en fin d’après-midi.

La Sepaq organise des safaris d’observation de l’orignal, dans le parc national de la Jacques-Cartier, à 45 minutes au nord de Québec, ainsi qu’en Gaspésie, dans la réserve faunique de Matane, qui possède la plus grande concentration d’orignaux au Québec : un centre d’interprétation, des tours d’observation, des sentiers et des salines ont même été aménagés dans la réserve pour en faciliter l’observation de ce majestueux mammifère.

 

Baleine

Saut de baleine
Baleine

Le Québec est l'un des rares endroits au monde où il est possible de voir une si grande variété de baleines (13 espèces au total) : la baleines bleue (le plus imposant animal de notre planète), le rorqual commun, la baleine à bosse (réputée pour ses exubérants bonds hors de l'eau) et les bélugas (baleines blanches arctiques).

Pour les observer, rendez-vous non loin de Tadoussac, dans les eaux du Fleuve Saint-Laurent.

Ces mammifères marins y sont attirés par les importantes réserves de nourriture et par l'impressionnante profondeur du fleuve : les zones de mélange des eaux favorise la production du plancton dont le krill, qui vit en immenses bancs dans les eaux de surface et dont les baleines raffolent.

À certains endroits, le fleuve est si profond près du littoral que vous pourrez sûrement observer des baleines du rivage même.

C'est notamment le cas dans l'embouchure du fjord du Saguenay (à Baie-Sainte-Catherine), au Cap-de-Bon-Désir (aux Bergeronnes), en Gaspésie (au parc national de Forillon), et à Pointe-des-Monts (dans Duplessis).

Vous avez également la possibilité de les observer à bord d'embarcations de toutes dimensions (catamaran, zodiac, kayak).  

De nombreuses compagnies, tant sur la rive nord que sur la rive sud du Saint-Laurent, offrent des excursions quotidiennes de mai à octobre, car hormis les bélugas, qui vivent dans le Saint-Laurent toute l'année, les autres baleines ne viennent que pour la saison chaude, et repartent d’octobre à mai vers les eaux plus chaudes pour hiverner, principalement le long des côtes américaines et parfois même jusqu'au golfe du Mexique.

 

Voilà !

On vous souhaite de faire de belles observations

Si vous avez des questions ou des informations complémentaires, n'hésitez pas à nous écrire dans la zone commentaires ci-dessous.

Simon Lemay

Simon est un Québécois passionné par son coin de pays et désireux de vous le faire découvrir. À ce point qu'il a fondé Authentik Canada et Authentik USA, des spécialistes du voyage sur mesure en Amérique du Nord pour les familles et les couples.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

J'ai lu et j'accepte les conditions générales d'utilisation*

20 commentaires

brenda 16 avril 2017, 08h12
Bonjour,
je souhaite moi aussi me rendre au Québec en août et septembre cette année. Je suis soigneur animalier en France et je souhaiterais voir le plus d'animaux sauvages possible notamment ours noir, loups, caribous, cerfs, baleines et bélougas, phoques...Auriez vous des idées de lieux, associations proposant de découvrir les espèces canadiennes dans leur espace naturel à des coûts modérés?
Merci d'avance pour vos conseils.
Brenda
Répondre
Karine BEAUDIN 18 avril 2017, 13h08
Bonjour!
Comme vous le savez, l'observation des animaux sauvages n'est jamais garantie puisqu'ils sont en liberté.
Pour mettre toutes les chances de votre côté, voici mes suggestions :
Baleines : Observation en zodiac aux Escoumins, proche de Tadoussac
Phoques : Randonnée en kayak au Parc Forillon en Gaspésie
Ours : Safari à l'ours à Charlevoix
Caribous : Randonnée du Mont Jacques-Cartier dans le Parc de la Gaspésie
Voilà !
Sinon, le Parc Oméga et le Zoo de St-Félicien sont des options très intéressantes.
Bonne chance et bon séjour chez nous !
Répondre
brenda 20 avril 2017, 11h06
Merci beaucoup pour toutes ces idées!!! :)
Répondre
Karine BEAUDIN 20 avril 2017, 13h39
Bonjour Brenda,
Merci à vous !
Je vous souhaite une excellente journée :)
Répondre
Bouttier 22 juin 2016, 16h24
Bonjour, je suis désespérément à la recherche d'un endroit aux alentours de Quebec (pas plus de 2h de routes) où l'on pourrait observer des animaux durant l'hiver. Je compte offrir cela à ma compagne mais je peine à trouver, en effet je souhaiterai trouver quelque chose d'un peu "exclusif" (ou en tout petit groupe) qui lui permettrai d'observer tout ces animaux en compagnie d'un guide sur une journée ou un week end, le financement n'étant pas limitant.
Je compte sur vous !
Répondre
Mélanie Desgagné 23 juin 2016, 20h27
Bonjour Mathieu,
J'ai trouvé pour toi un article web du journal La Presse très intéressant à ce sujet : http://www.lapresse.ca/voyage/destinations/quebec/201012/09/01-4350881-observer-la-faune-en-hiver.php.
On y mentionne entre autre que le Centre Touristique du Lac Simon en Outaouais est un bon endroit pour observer les cerfs et que L'Auberge de montagne des Chics-Chocs en Gaspésie est l'endroit ou on y trouve le plus d'orignaux.
Autrement, il y a également le Parc Oméga situé à Montebello en Outaouais qui est ouvert en hiver et où l'observation d'animaux est beaucoup plus facile puisque c'est un parc animalier.
Voilà, en espérant que ces informations pourront t'aider ! =)
Répondre
copysand 19 avril 2016, 21h29
moi , je cherchais une "Céline Dion" , on la trouve facilement grâce a sa voix , pas de chance , j'ai appris qu'elle était descendu dans le sud , vers las Vegas..
Répondre
Simon Lemay 19 avril 2016, 21h34
Ah oui elle a migré ;-)
Répondre