TOP 10 des expressions québécoises

TOP 10 des expressions québécoises

En plus de vous faire sourire avec notre accent (plutôt charmant disons-le), il n’est pas rare que l’on vous fasse rigoler avec nos expressions colorées et plutôt illustrées. Ceci dit, je doute que vous compreniez toujours ce que l’on cherche à vous dire.  

Voici donc 10 expressions québécoises, expliquées et traduites, pour votre plus grand bonheur. 

 

1.  Parler à travers son chapeau

top10_expressions_québécoise_parler_chapeau

Définition : Malgré le fait que les Québécois soient de grands défenseurs de la langue française, nous utilisons fréquemment des anglicismes. Cette expression est une traduction de « to talk through one’s hat ». Elle signifie parler sans vraiment savoir de quoi on parle. 

Exemple : « Comment peux-tu critiquer les compétences de Mario alors que tu ne l’as jamais rencontré? Arrête de parler à travers ton chapeau! »

Équivalent français : Parler à tort et à travers.  


 

2.  Il pleut à boire debout

top10_expressions_québécoise_peuvoir

Explication : Chez nous, on adore les métaphores pour parler de la température. Celle-ci est employée en cas d’averse intense ou d’orage. Elle signifie qu’il pleut si fort qu’on pourrait boire debout, en levant simplement la tête vers le ciel.

Le verbe « pleuvoir » peut aussi être remplacé par « mouiller ». Par exemple : « Il mouille à boire debout ».

Exemple : « N’oublie pas ton parapluie, il pleut à boire debout! »

Équivalent français :  Pleuvoir comme une vache qui pisse. Pleuvoir des clous. 

 

3.  Cogner des clous 

top10_expressions_québécoise_cogner_des_clous

Explication : Lorsque l’on cogne des clous, on somnole en position assise. Ici, nous faisons allusion aux mouvements de la tête qui tombe à plusieurs reprises, comparables aux mouvements d’un marteau. 

Exemple : « Il m’arrive souvent de cogner des clous devant mon ordinateur après l’heure du lunch. »

Équivalent français : S’endormir. Être fatigué. Lutter contre le sommeil.

 

4.  Attache ta tuque avec d’la broche

top10_expressions_québécoise_tuque_broche

Explication : Au Québec, une « tuque » signifie un « bonnet d’hiver » et le mot « broche » est utilisé dans le langage populaire pour parler de « fil de fer ». On fait donc allusion à une tempête qui arracherait le bonnet de celui qui le porte. 

Cette expression peut être à connotation positive ou négative, dépendamment du contexte. Dans les deux cas, on anticipe une situation qui va décoiffer, qui sera mouvementée et déstabilisante. 

Exemple : « Attache ta tuque avec d’la broche, la semaine prochaine sera bien remplie! » 

Équivalent français : « Prépare-toi, ça va brasser. » Ça va décoiffer.


 

5.  Tirer la couverte de son bord

top10_expressions_québécoise_tirer_couverture

Explication : Celle-ci signifie s’approprier tous les bénéfices d’une situation ou d’une affaire aux dépends d’autrui. 

Nous utilisons très souvent le mot « bord » pour parler d’un « côté ». Quant au terme « couverte », c’est une « couverture » dans le langage populaire. On pourrait donc aussi dire « tirer la couverture de son côté ». 

Exemple : « J’ai entendu ton co-équipier parler au professeur ce matin à propos de votre dernier devoir… J’ai l’impression qu’il tire la couverte de son bord! »

Équivalent français : Tirer la couverture à soi. Prendre plus que sa part. Vouloir tout garder pour soi. 

 

6.  Tire-toi une bûche

top10_expressions_québécoise_tirer_une_buche

Explication : Les québécois utilisent cette expression pour inviter quelqu’un à prendre une chaise et à s’asseoir.

Durant la colonisation française, les habitants avaient très peu de moyens et donc, ne possédaient pas beaucoup de fourniture dans la maison. Bien souvent, les chaises n’étaient en fait que des bouts de tronc d’arbre coupés à la bonne hauteur. 

Chez nous, nous aimons beaucoup parler! De la jasette, ce n’est pas ce qui nous manque. Plus souvent qu’autrement, « Tire-toi une bûche » est une invitation à s’asseoir pour dialoguer. 

Exemple : « Allez, tire-toi une bûche, on va discuter. » 

Équivalent français : Assieds-toi. Prends une chaise. 

 

7.  Se faire passer un sapin

top10_expressions_québécoise_passer_sapin

Explication : Si quelqu’un vous dit qu’il s’est fait passer un sapin, montrez-lui un peu de compassion. Cela signifie qu’il s’est fait avoir, qu’il a fait une bien mauvaise affaire ou qu’il s’est fait arnaquer. 

Cette expression tire son nom du sapin baumier, qu’on utilise comme sapin de Noël. Pour les ébénistes, ce dernier ne vaut pratiquement rien sur le marché. En effet, les planches de sapin baumier ont tendance à craquer une fois séchées, contrairement à d’autres conifères comme le pin et l’épinette.

À l’époque, lorsque les Anglais venaient acheter du bois de construction aux Canadiens français, les francophones remplaçaient le bois de qualité par du sapin baumier, au moment de la livraison. 

Exemple : « Le mécanicien insistait pour changer mes freins qu’il disait trop usés. J’ai bien failli me faire passer un sapin! »

Équivalent français : Se faire rouler. Se faire avoir. 


 

8.  Tomber en amour

top10_expressions_québécoise_tomber_amour

Explication : Celle-ci est tirée de l’expression « fall in love » en anglais. Chez nous, on tombe en amour avant d’être en amour. Et puis quand on y pense, commencer une nouvelle relation, c’est un peu comme se lancer dans le vide, non? 

Dans tous les cas, au Québec, l’amour fait mal. On tombe… Et « on casse » quand une relation se termine. 

À noter, on peut aussi tomber en amour avec un pays, une ville, une chanson, etc. 

Exemple : « Je suis tombé en amour avec Montréal lors de mon dernier voyage. »

Équivalent français : Être soudainement amoureux. Tomber amoureux.

 

9.  Se calmer le pompon

Explication : On invite quelqu’un qui est énervé, surexcité ou trop enthousiaste à « se calmer le pompon ». En fait, on pourrait tout simplement dire « se calmer » mais on préfère vous compliquer la vie.  

Exemple : « Calme-toi le pompon, il reste encore 30 minutes avant la fin de la partie. Rien n’est gagné d’avance! »

Équivalent français : Calme-toi.

 

10. Niaise pas avec la puck

top10_expressions_québécoise_niaiser_puck

Explication : Québec, la province du hockey! La « puck », c’est la « rondelle ». Cette expression est tirée d’un joueur de hockey qui ne sait pas quoi faire avec la rondelle, qui s’éternise et qui n’arrive pas à prendre une décision. 

Quelqu’un qui « niaise avec la puck » est hésitant et perd son temps. Au contraire, quelqu’un qui « ne niaise pas avec la puck » est très efficace. 

Exemple : « Fais-toi donc confiance! Arrête de niaiser avec la puck et fonce! »

Équivalent français : N’hésite pas. Ne vendange pas. 

Road trip en Gaspésie

Découvrez la Gaspésie au volant de votre voiture de location.
 

 

Voilà!

Je vous mets au défi d’en utiliser le plus possible lors de votre prochain séjour chez nous. Et pourquoi pas commencer à vous pratiquer dès maintenant? 

Et vous, connaissez-vous d’autres expressions québécoises populaires?

N’hésitez pas à vous exprimer dans la zone commentaire ci-dessous

Partagez cet article

Cet article a été partagé 1732 fois

Karine Beaudin

Amoureuse de nos grands espaces et conseillère en voyages pour l’équipe Authentik, c’est avec fierté que je fais découvrir les plus beaux trésors de mon pays au reste de la planète. Bienvenue chez nous !

30 commentaires

André 4 octobre 2017, 15h25
Je dois signaler une erreur avec la 10è expression.
Puck est masculin. Donc : on niaise pas avec LE puck
Répondre
Karine BEAUDIN 5 octobre 2017, 15h06
Bonjour André,
Bien vu, puck est masculin. Cela dit, j'entends beaucoup plus ''la'' que ''le''. Et vous ?
Merci pour la précision !
Répondre
Ala Sylvie 19 juin 2017, 03h13
Pour moi tout ce qui vient du Canada est beau.
Je suis tombée en amour pour ce pays depuis ma jeunesse et j ai 59 ans et cela ne m a jamais quitté. J y suis allée 3 fois : le paradis. Je lis beaucoup des auteurs canadiens et côté musique idem. Je rêve de manger une poutine.....merci à ces gens si accueillants et bravo pour votre accent.
Répondre
Karine BEAUDIN 19 juin 2017, 09h26
Bonjour Sylvie,
Quel bonheur de vous lire ! Vous êtes la bienvenue n'importe quand dans notre beau pays ! Si vous avez besoin de suggestions pour les meilleurs restos à poutine n'hésitez pas à me faire signe ! ;)
Bonne journée !
Répondre
Ala Sylvie 19 juin 2017, 11h36
Merci j avoue que je ne désespère pas de revenir vous voir. J ai fait 1 voyage organisé et les 2 derniers avec mon fils on a loué une voiture et à nous la liberté. La 1er fois 5000kms en 15 jours de Toronto jusqu'à Mâtiné et retour sur Montréal et la 2ème fois Montréal l Acadie et la Gaspesie.
La on a fait que 4000 kms enfin j ai fait car mon fils ne conduisait pas à l époque. Mes villes préférées Montréal moyennement mais Ottawa et Québec le top.
Et puis ces grands étendues. Je pourrais en parler des heures.
Je lis les séries de Louise Tremblay d Issambre. J ai l impression de vivre au milieu de ses personnages et d entendre leur si bel accent.
Un gros bec de Marseille
Répondre
Karine BEAUDIN 20 juin 2017, 11h28
Ça fait tellement plaisir de vous lire !
Mon père lit cette série aussi. J'entends d'excellents commentaires ! :)
Vous avez fait pas mal de route chez nous. Ça fait chaud au cœur de savoir que vous aimez autant notre beau pays.
Bonne journée et au plaisir de vous accueillir chez nous à nouveau !
Gros becs !
Répondre
ALA Sylvie 20 juin 2017, 16h08
bonjour,
Je lui conseille s'il n'a pas déjà lu les 4 tomes des "chroniques " de Michel DAVID et si vous connaissez quelqu'un qui a envie de discuter avec une petite française de Marseille je suis ok.
je ne sais pas chez vous mais ici c'est la canicule 41 degré.
Il faut que les visiteurs n'oublient pas de visiter WANDAKE et on y mange très bien
bien le bonsoir
gros bec
Répondre
alice 10 avril 2017, 15h33
merci pour toutes les expressions que nous aimons tant
moi je suis tombée en amour du québec depuis 20 ans
j'aime cette belle province et je me sens plus québecoise que française ........
mon coeur est au québec, dès que je peux je viens vous rendre visite en général tous les 3 ou 4 ans. j'aimerais venir plus souvent mais malheureusement mes moyens ne me le permettent pas, hélas !
A très bientôt je pense en septembre de cette année
amicalement
Répondre
Karine BEAUDIN 14 avril 2017, 14h00
Bonjour Alice,
Quel bonheur de vous lire ! On ressent votre amour pour le Québec jusqu'ici !
Un grand merci pour vos bons mots !
À bientôt !
Répondre
Alain BENEDICTUS 4 avril 2017, 17h21
Et enfin l"expression "cogner des clous" peut se traduire chez nous par "Piquer du nez".
Répondre
Karine BEAUDIN 5 avril 2017, 12h44
En effet ! Merci Alain !
Répondre
Pierre 4 avril 2017, 15h03
Merci Karine pour ces beaux exemples, c'est bien inspirant et il nous en manquait quelques unes pour compléter notre collection ! Nous allons probablement nous en inspirer pour les relayer ici : www.je-parle-quebecois.com/lexique/definition/expression-quebecoise.html . Merci à vous et à bientôt.
Répondre
Karine BEAUDIN 18 avril 2017, 13h09
Merci à vous Pierre pour vos bons mots !
Bonne journée !
Répondre
Valerie Olivari 4 avril 2017, 12h33
Bravo pour cet excellent article (comme toujours) : nous allons essayer de les apprendre par coeur, et notre challenge sera de les replacer cet été lors de notre séjour ! Les paris sont lancés
Répondre
Karine BEAUDIN 18 avril 2017, 13h10
Bonjour Valérie,
Un grand merci pour votre gentil commentaire ! Faites-nous un compte rendu des expressions utilisées à votre retour ;)
Bonne journée !
Répondre
Mano LOMBARD 4 avril 2017, 11h41
Bonjour Karine ! Je me suis régalée à lire ces expressions; peut-on trouver un livre qui propose celles-ci bien sûr et d'autres car j'imagine que la liste est infinie .... en voilà une que j'ai apprise dernièrement : avoir les pieds ronds qui signifie être ivre !!!Une française des Vosges qui adore le Québec mais qui n'a jamais pu y aller .
Répondre
Karine BEAUDIN 18 avril 2017, 13h14
Bonjour Mano,
Un grand merci pour votre commentaire ! Il doit bien exister des livres sur les expressions québécoises... Je garderai l’œil ouvert pour vous ! Sinon, il faudra que j'en écrive un ! ;)
Chez nous, on dit aussi ''être saoul comme une botte'' pour ''être ivre''. Comme la chanson (très drôle) de Plume Latraverse : https://www.youtube.com/watch?v=PVGtHSDDZbg
Bonne journée !
Répondre
pl 4 avril 2017, 09h53
Bonjour
Très sympathique votre article
Les Canadiens sont des gens formidables avec beaucoup d'humour
Un français du sud de la France
Répondre
Karine BEAUDIN 5 avril 2017, 12h45
Merci PL !
Vos bons mots sont très appréciés ! :)
Répondre
Braun 4 avril 2017, 08h28
Bonjour,
une expression qui me plaît , que j'ai gardé en tête et que j'utilise à l'occasion c'est " la graine de bois de lit "
Répondre
Karine BEAUDIN 4 avril 2017, 09h15
Bonjour !
Pour être bien honnête, je n'ai aucune idée de ce que cette expression veut dire. Seriez-vous assez gentil pour me dire dans quel contexte vous l'utilisez ? Je suis curieuse !
Bonne journée !
Répondre
Colette 5 avril 2017, 07h32
votre question concerne t-elle la "la graine de bois de lit "? si oui, c'est un bébé conçu dans un lit par des parents "en amour". Moi je tiens cela d'un oncle qui vivait au Québec mais de souche vendéenne.
Répondre
Karine BEAUDIN 5 avril 2017, 12h43
Ahhh oui, ça me revient. On l'utilisait dans le temps pour parler de sa progéniture, surtout d'une fille si je ne me trompe pas.
Ce n'est plus tellement utilisé hihi ;)
Merci pour l'ajout intéressant !
Répondre
Pararov Caroll et Martial 4 avril 2017, 07h54
très joli et très bien illustré en tout cas, bravo pour l'article.
Répondre
Karine BEAUDIN 4 avril 2017, 09h16
Merci à vous deux ! Vos bons mots me font chaud au cœur !
Répondre
PararOv Caroll et Martial 4 avril 2017, 09h20
Ça fait plaisir et il faut toujours encourager le beau! Très belle journée...
Répondre
Alain Benedictus 4 avril 2017, 03h09
Pour l'expression sur la pluie, notre équivalent serait plutot "il tombe des cordes" à la place des clous.
Répondre
Karine BEAUDIN 4 avril 2017, 09h17
Bonjour Alain,
Oui j'hésitais entre les deux ! On utilise parfois cette expression nous aussi !
Merci pour votre commentaire, bonne journée !
Répondre
Alain Benedictus 4 avril 2017, 02h20
Bonjour,
Concernant la traduction en français de France de Niaise pas la puck, je préférerais "arrête de tourner rond!"
Répondre
Karine BEAUDIN 4 avril 2017, 09h18
Bonjour Alain,
Oui, ça peut fonctionner aussi ! Plusieurs autres expressions peuvent traduire celle-ci en fait.
Merci pour votre ajout !
Bonne journée !
Répondre

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

TOP 5 des road trips au Canada